Couverture en tuiles

Tuiles et faîtières.
Apparue dans la Grèce antique, la tuile fait partie intégrante de notre patrimoine. Cette terre compressée – que l’on cuisait jadis dans des fours’de fortune -protège et orne toujours nos toitures.
La tuile revêt trois formes caractéristiques. La tuile plate petit moule (65 à 80 tuiles au m2) est rectangulaire ou taillée en écaille. On la trouve principalement au nord de la Loire. Ses dimensions varient (de 16×24àl7x 27 cm). Elle se pose à joints croisés, l’étanchéité étant assurée par un recouvrement d’environ 2/3 de la surface de la tuile.
La tuile canal (également appelée « ronde » ou « tige de botte ») s’adapte particulièrement aux toits à faible pente du bassin méditerranéen, du sud-ouest, du centre et de l’est de la France. Sa longueur varie de 30 à 50 cm, sa largeur de 15 à 24 cm correspondant à environ 22 tuiles au m2. Elle peut être fixée sur liteaux, voligeage ou directement posée entre des chevrons triangulaires. La tuile mécanique, qui se pose sur liteaux, est caractérisée par des cannelures et des nervures qui permettent d’emboîter les tuiles les unes dans les autres, et assurent l’étanchéité du toit avec un minimum de recouvrement. De formes et de dimensions très variées, elle s’emploie sur des toits ayant des pentes supérieures à 22%.

Cette entrée a été publiée dans Revetement exterieur, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>