Revêtement mural bois

LES VOLUMES GAGNENT LE LARGE.
Les cloisons ont été montées d’une manière particulière. En réalité, on devrait plutôt parler de séparations car aucune d’elles ne repose sur le sol ni n’atteint le plafond: il y a toujours quelques centimètres de vide. C’est une façon originale de diviser l’espace sans le rompre, qui laisse passer le regard et la lumière. Dans l’entrée, ces séparations dissimulent les annexes fonctionnelles de la cuisine. A l’étage, elles isolent la salle de bains. Sur une ossature d’acajou dont les éléments verticaux restent visibles, les vo-liges en sapin ont été clouées sur les deux faces. La difficulté avec ce genre d’aménagement est la distribution électrique. Mais, prévue au départ, elle disparaît dans un
évidement intérieur qui court sur toute la longueur des ossatures.
Autre astuce, la justesse des contrastes accentue l’ampleur des volumes. Dans le séjour, les tonalités blondes et claires des poutres répondent à la dominante sombre du parquet. Une opposition qui rend le plafond moins écrasant et augmente l’impression de hauteur.
Dans cette maison, où l’on a souhaité mettre en adéquation détente et confort, les clins d’œil « bord de mer » abondent. Les instruments de navigation et les pièces d’accastillage s’accommodent sans complexe de la fantaisie de mouettes et macareux en bois peints, glanés d’îles en îles, et qui suspendent leur vol silencieux au-dessus des pièces. Une véritable invitation au voyage.

Cette entrée a été publiée dans Revetement mural interieur, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>