Le chalet savoyard

Le logis se situait généralement en aval du bâtiment, sur la façade la plus ensoleillée. Il disposait de deux pièces, le « pèle » où se dresse la cheminée, et la « majon », pièce non chauffée qui servait de réserve en hiver et de pièce de vie à la belle saison. Tout à côté se trouvait l’écurie prévue pour cinq à dix vaches, quelques moutons, un mulet et un cochon. Le fenil occupe tout le reste du volume sous toiture. La déclivité du terrain permet l’accès de plain-pied à chaque niveau, l’entrée de la grange se trouvant presque toujours à l’amont du bâtiment. Au début de l’hiver, le foin qu’on y stocke constitue une excellente isolation.

Avec son socle et ses jambages en pierre, c’est la réplique de la « bourne » où les Savoyards fumaient leur viande.

Cette entrée a été publiée dans Cheminee moderne, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>