Objets de collections

Vous recherchez pour vos collections des objets « introuvables » ?

Frank est grand consommateur… de bouillons. La Poule au Pot, Bouillon Kub et Maggi composent son univers. Des  réclames  qui tapissent gaiement les murs de son appartement et animent étagères et meubles.

Quel est le point commun de ces 3 marques ?
Appartenant à la même famille de produits, elles ont été créées par Julius Maggi. En 1884, ce précurseur du « potage-minute » met au point des consommés instantanés pour simplifier la préparation des repas familiaux. Soupes déshydratées, prêtes-à-cuire, en portions, extraits de bouillons de viandes ou de légumes et arômes concentrés reçurent un formidable accueil auprès des ménagères qui travaillaient. En 1907, M. Maggi mis au point le fameux bouillon, sous la forme d’un petit cube, vite devenu indispensable à la réussite de nombreux plats.

Quels objets ont été déclinés ?
La production a été abondante, surtout pour la marque Bouillon Kub. Dans le domaine du conditionnement, les emballages, boîtes en carton ou métal et bouteilles en verre ont des dimensions très différentes. Il existe bien entendu des affiches dont le graphisme et les illustrations ont été reproduits sur les plaques émaillées. Les pièces signées sont très chères. Les plaques de promotion Kub, anonymes mais datées, sont plus abordables. Les plus grandes tôles verticales atteignent 2,8 m de hauteur et s’accrochaient sur les colonnes Morris. Les versions en 2 m, terminées en « chapeau de gendarme » s’installaient sur les pignons des maisons. Les plus petites sont des plaques de propreté ou de salissure qui se fixaient autour de la poignée des portes des épiceries. On peut dénicher des glacoïds, cartons plastifiés qui, comme les présentoirs, animaient les magasins d’alimentation. Ce sont les cadeaux offerts par les marques à leurs meilleurs clients (les épiciers) qui constituent la part la plus importante de cette collection : découpages et jouets pour les enfants, dessous de bouteilles, bougeoirs, assiettes, pendules, salières et poivrières, stylos, canifs et jeux de cartes.

Des illustrateurs célèbres ont-ils apporté leur contribution ?
A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, Benjamin Rabier a réalisé d’amusantes scènes de ferme pour Maggi. Firmin Bouis-set, auteur de la charmante fillette du chocolat Meunier et de la chicorée Leroux, a repris sa propre fille comme modèle pour la même marque. Dans les années 30, Léo-
netto Capiello a stylisé une tête de bœuf cornue, à l’œil caché par une dose de bouillon Kub. Dans les années 50/60, Severo Poz-zati dit « Sepo », qui a participé à l’évolution du logo Banania, a revisité le célèbre cube sur fond bleu. Savignac a aussi mis son talent au service de la firme florissante.

Faites-vous restaurer les plaques ?
Je choisis les tôles « dans leur jus ». Je tolère que l’émail des angles soit éclaté bien que je préfère acheter une pièce originale bien conservée. Mais comme je ne peux acquérir de modèles originaux d’illustrateurs fétiches, je me console avec des rééditions de la société Sopad-Nestlé, nettement moins onéreuses.

Cette entrée a été publiée dans Objets decoration, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>